AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 we don't need no hero (dmitri & isaak)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Isaak Kastarov

MESSAGES : 42
AVATAR : logan lerman.
CRÉDITS : (c) chevalisse.

ÂGE : vingt-cinq ans, vingt-cinq hivers.
NATION : la nation de la liberté, celle de l'air.
STATUT CIVIL : célibataire.
SIGNE DISTINCTIF : le tatouage des Kastarov sur l’épaule gauche : la tête d’un aigle, rappel du sigle des Livanov, avec le bec ouvert.
DAEMON : un panda roux, du nom d'Ophélia.
ALLÉGEANCE : les Livanov, cette famille déchue pour qui il donnerait ça vie, encore aujourd'hui.
MessageSujet: we don't need no hero (dmitri & isaak)   Mer 21 Oct - 19:51

participants : isaak kastarov & dmitri livanov
date : octobre 2002
lieu de l'action : qg de la rébellion à Aléria.



You can lose your troubled thoughts
For tonight at least

On leur avait dit qu’ils étaient en vie, qu’ils avaient survécu. Les Livanov renaissent de leurs cendres. Cette famille à qui il avait tout donné, à qui ses parents avaient donné leur vie. Ils étaient là, dans cette ville, terrés sous terre comme des lapins apeurés, comme des animaux traqués. Cela faisait plusieurs jours qu’Isaak marchait, et alors qu’il se trouvait devant les portes de la capitale, il avait envie de faire marche arrière. Et si ce n’était que des mensonges ? Et si il n’allait rien trouver ici ? Alors qu’il avance dans les rues bondées, son estomac se noue. Il ne sait plus qui croire, que faire. “Tout va bien se passer, ne t’inquiète pas.” Il regarde Ophélia, la petite panda roux, du coin de l’oeil. Il aimerait la croire, pensait que tout allait se passer pour le mieux. Mais pour l’instant, il ne pouvait qu’espèrer.

Tout humain rêve. On s’imagine des jours meilleurs, des coins de paradis. On idéalise un moment sur le point de se produire, une rencontre. Mais les rêves ne sont pas le reflet de la réalité. Non, ils sont là pour nous rassurer, pour nous convaincre qu’on peut s’en sortir, que malgré la noirceur du monde dans lequel on vit, rien n’est impossible, la lumière nous attend au coin de la rue. Alors on espère, on y croit vraiment, sans plus se poser de question, et on finit piégé dans ce monde imaginaire, cette fantaisie qui nous aveugle. Il avait longuement rêvé de cette rencontre, depuis le massacre, depuis la mort de ses parents. Il avait besoin de les voir en vie, les Livanov, pour se dire que tout n’avait pas été vain, que la disparition de ses parents avait servi à quelque chose. Il se retrouve devant cette porte, devant cette petite cloison de bois qui peut s’ouvrir sur un tout autre monde. Alors qu’il voit Ivan et Alwen pénétrer dans l’obscurité, il hésite encore. Est-ce vraiment une bonne idée ? Il ne le savait pas, mais il devait en avoir le coeur net, il devait s’enlever ce poids qui lui pesait sur la poitrine depuis trop longtemps. Il avance dans les ténèbres. Sans vraiment s’en rendre compte, il avait fermé les yeux. Lorsqu’il les ouvrit, il lui fallut quelque seconde pour s’adapter à l'ambiance tamisée qui régnait dans les lieux. Des torches de chaque côté des parois illuminaient vaguement le chemin qu’il devait suivre. Son oncle et sa soeur ne l’avaient pas attendu, il devait donc poursuivre seul. Il avançait à tâtons, sans vraiment savoir où il mettait les pieds, lorsqu’il arriva dans une grande pièce. Le coeur du repère, là où tout se jouait. Il scruta minutieusement chaque murs, chaque recoins, pour s’assurer que ce n’était pas un piège tendu par la nation du feu, pour être sûr que la rébellion soit belle et bien vivante. Alors qu’il parcourrait la pièce la tête baissée, il percuta quelque chose. Ou plutôt quelqu’un. Il se releva d’un bond, prêt à répandre sa foudre sur le malheureux qui se trouvait sur son chemin. C’est alors qu’il aperçut les cheveux blond du jeune homme. Une odeur familière se dégageait du garçon, qui lui faisait toujours dos, alors qu’Isaak s’approchait doucement. Non, ce n’était pas possible. “Dmitri ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Dmitri Livanov
all men must fight

MESSAGES : 304
AVATAR : garrett hedlund
CRÉDITS : blondie

ÂGE : Dimitri est né il y a 25 ans printemps. Cela fait donc un quart de siècle qu'il a la chance de fouler cette terre.
NATION : Né dans la nation de l'air, il lui est depuis toujours fidèle. Dmitri ne pourrait appartenir à aucune autre nation, il fait partie intégrante de l'air qui l'entoure, il ressent chacune de ses vibrations, chacun de ses appels et il adore ça.
DON : Le jeune homme ne l'a pas choisi et si au début il l'a pris comme une malédiction. Désormais, il a comprit que celui-ci s’avérait être plus bénéfique que maléfique. Dmitri possède le pouvoir de projection astrale. Un don méconnu qui a souvent été mal utilisé. Peu de chance de l'entourage de Dmitri sont au courant, si ce n'était sa cousine.
STATUT CIVIL : Célibataire par choix et conviction. Hélas pour lui, il semblerait bien que malgré son avis de rester loin de tout engagement, son coeur, lui ne respecte pas cette règle. Pour le moment, Dmitri tient bon, mais cela n'est sûrement plus qu'une question de temps.
SIGNE DISTINCTIF : Outre, la flèche située sur son épaule et commune à la nation de l'air, Dmitri possède aussi deux tatouages. Deux ailes, une face à l'autre de chaque côté de son dos, sa colonne vertébrale marquant la séparation entre celles-ci
DAEMON : Eowa,un nom tout doux pour une créature tout aussi douce qui pourtant peut quand elle le veut se montrer redoutable. Avec son plumage colorée et son chant mélodieux, la petite femelle Quetzal est loin d'inspirer la crainte. Si Dmitri peut imposer par sa stature et son caractère parfois ronchon, il faut bien avouer que la présence d'Eowa suffit à l'adoucir.
ALLÉGEANCE : Sa famille, c'est avant tout pour elle qu'il est dans la rébellion. Il est aussi très fidèle à la nation qui l'à vu naître.
MessageSujet: Re: we don't need no hero (dmitri & isaak)   Jeu 22 Oct - 22:44



We don't nedd no hero

ft/Isaak Kastarox

La mort, elle avait frappé partout autour de lui, leur QG n'était plus rien qu'un simple hôpital de fortune.  Les seules choses qu'il y avait encore à sauver étaient les cœurs qui s'accrochaient désespérément à la vie. L'attentat les avait touchés de plein fouet et pour le moment Dmitri se sentait bien plus inutile qu'utile. Il passa avec tendresse sa main dans les cheveux de Lilou, la petite fille ne le quittait plus désormais. Dmitri avait bien tenté de garder ses distances, ne pas s'y attacher, mais l'enfant ne lui avait finalement pas laissé le choix. « Tu devrais dormir » . Sans rechigner, la petite fille se roula en boule sur sa couchette. Elle parlait peu, encore moins depuis que Maggy était partie. Margaery… l'héritier Livanov y pensait tous les jours, mais ce n'était pas ce qui allait la faire revenir. L’effondrement des tunnels avait tué de nombreuses personnes, c'était le cas du frère de la jeune femme. Malgré tous les soins, il n'avait pas survécu et la jolie blonde n'avait pas supporté. Elle avait fini par partir sans laisser un mot, mais Dmitri avait compris. Elle avait fait ce que lui rêvait de faire, fuir loin de toute cette folie, sauf que lui ne pouvait pas le faire. Malgré le trou béant que sa disparition avait laissé dans le coeur du beau brun, il espérait qu'elle ne revienne jamais et puisse trouver un havre de paix, loin d'ici, elle le méritait. Lui avait depuis longtemps compris que sa vie ne lui appartenait pas.

Massant légèrement ses tempes, Dmitri laissa glisser son regard sur les rebelles. Ils pouvaient lire tant de peur et de désespoir dans leurs yeux. Tous attendaient de lui une réponse, une réaction, mais celle-ci ne venait pas, elle se faisait attendre. Dmitri était pris au cou, sa cousine était dans un état lamentable, la rébellion reposait uniquement sur lui désormais, du moins jusqu'à ce qu'elle puisse se remettre. C'était un poids qu'il n'avait jamais voulu porter et  pourtant il était bien là. Il était grand temps qu'il redonne l'espoir à ses hommes et femmes qui avaient fait le choix de le suivre et il ne pouvait pas les abandonner, c'était hors de question.

Une fois la petite endormie, Dmitri se redressa et abandonna la fillette aux bons soins de son chien-loup. Blue ne mit d'ailleurs pas longtemps à monter à son tour sur la couchette. Bien souvent, la petite fille se réveillait et quand Dmitri n'était pas là, c'était grâce à Blue qu'elle se calmait et parvenait à retrouver le sommeil. C'était dans ce genre de moment que Dmitri ressentait une haine sans nom. Toute cette folie, cette envie de pouvoir, tout ça avait fait qu'on lui avait arraché sa vie et celles de tant d'autres. Puis la haine se dissipait et se transformait en la conviction qu'un jour il mettrait fin à tout ça. C'était le but qu'il s'était fixé, mettre fin à toute cette folie et rendre à sa nation la place qui était la sienne pour rétablir un équilibre perdu depuis trop longtemps. « Et tu y arriveras, après tout tu possèdes tout de même le plus beau daemon de tout l'Aleria ». Dans ses pires moments, ceux où toutes les lumières semblaient s'être éteintes, Eowa savait toujours trouver le moyen de les rallumer. La petite Quetzal avec qui il partageait une part de son âme lui était indispensable à bien des égards. Elle était le petit grain de folie, le cœur d'enfant, la joie de vivre qui permettaient à Dmitri de continuer sa quête, tout en adoucissant sa vie.  «  Et le plus égocentrique » « C'est parce que j'en ai pour deux ». Dmitri laissa échapper un rire étouffé tandis que Eowa agita doucement ses ailes. Elle avait pris place sur l'épaule du jeune homme et semblait prendre un certain plaisir à observer le monde de son promontoire. Il fallait avouer qu'elle n'avait pas vraiment de grandes possibilités pour déployer ses ailes et trouver un lieu où se poser. Les sous terrains ne lui offraient pas un terrain de jeu très intéressant. Eowa souffrait du manque de luminosité, du manque d'air et de liberté et pour Dmitri l'histoire était la même. Il crevait d'envie de sortir de ces boyaux qui se tordaient sous le sol. Il avait déjà trop vécu sous terre, il commençait à comprendre que cela ne pouvait plus durer et il n'était pas le seul. La lassitude se lisait dans le cœur des hommes et des femmes qu'ils croisaient, recouverts par la pénombre, ils perdaient peu à peu l'espoir de voir un jour briller la lumière. Dmitri le savait, il devait trouver une solution et celle-ci se trouvait en dehors de ses tunnels.

Perdue dans ses pensées, Dmitri commença à comprendre qu'il se passait quelque chose quand des voix s'élevèrent dans la pièce. Surprise, étonnement, stupéfaction… Posant à son tour son regard sur le petit groupe qui venait de faire son entrée, il lui fallut quelques longues secondes pour qu'il comprenne ce qui était vraiment en train d'arriver. Il était totalement sans voix, tant cette vision lui semblait irréaliste. Dmitri se retourna, il cherchait sa cousine du regard, comme pour trouver dans ses yeux la confirmation que non il ne rêvait pas, mais Lyra n'était pas là, elle était toujours à l’hôpital, incapable de quitter son lit.

Les Kastarov... C'était comme si l'espoir venait de pénétrer dans les tunnels des rebelles et il se tenait juste là à quelques mètres de lui et finit par le percuter. Le livanov se retourna et resta quelques secondes immobile,  observant l'homme qui lui faisait face. Il s’imprégna de ses traits changés, de cette voix qu'il avait connue enfant, mais qui était complètement différente désormais. Des amis, Dmitri n'en avait pas eu beaucoup. Isaak en faisait partie, il était l'un de seuls que Dmitri avait accepté dans son cercle très fermé. « Isaak.. » Sa voix resta en suspens quelques secondes avant qu'il entoure ses bras autour de l'ami qui lui faisait face. En temps normal, Dmitri était loin de se laisser aller à ce genre d'effusion, mais la nouvelle était trop bonne pour qu'il contienne sa joie. « Comment c'est possible, je te croyais mort » dit-il avant de le relâcher. Après tout, il tenait quand même à sa réputation. Jetant un coup d’œil autour de lui, Dmitri ajouta «  et vous êtes nombreux... » . Dmitri reposa son regard sur Isaak, un large sourire se posa sur ses lèvres et il lui offrit une accolade. « Isaak Kastarov en chair et en os… comme quoi il ne faut jamais perdre espoir »





Hope is a waking dream.”

All we have to decide is what to do with the time that is given to us©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

we don't need no hero (dmitri & isaak)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The four elements ::  :: Retour arrière :: Hamanat-